j

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Nunc odio purus, tempus non condimentum eget, vestibulum.

Top

Quel papier utiliser pour la calligraphie et le brush lettering ? Test & comparatif

Dans mes ateliers de calligraphie moderne à la plume ou de brush lettering, j’insiste toujours sur la qualité du papier à utiliser pour ses entraînements et réalisations. Or je me suis rendu compte que je n’avais encore jamais écrit d’articles de blog à ce sujet !

J’ai donc décidé de mener un test comparatif entre tous les types de papier que je possède pour vous donner l’aperçu le plus complet possible !

Déroulé du test

Pour ce comparatif, j’ai testé 4 méthodes sur 7 types de feuilles différentes.
Les 4 méthodes :
brush lettering simple, dégradé linéaire (superposition de plusieurs couches de brush pen), blending (mélange de brush pen avec de l’eau), plume et encre de chine.
Les 7 types de feuilles : papier impression classique, papier impression laser, bloc Rhodia, Bristol, papier à dessin, papier multi-supports, papier aquarelle.

PRÉCISIONS : Ce test n’est évidemment pas exhaustif et d’autres variations sont bien sûr possibles. Pour chaque papier, je vous donnerai le papier de référence que j’utilise mais l’idée est avant tout de tester des types de papier et non des marques précises. Je vous mets un lien Amazon car c’est le plus simple pour vous montrer chaque référence mais n’hésitez pas bien sûr à aller voir dans les papeteries et magasins de loisirs créatifs autour de chez vous !

Les tests papier par papier (du plus fin au plus épais)

Je vous présente le test en partant du grammage le plus bas pour aller vers le plus important. Pour rappel, « le grammage, également appelé force du papier, est une grandeur caractérisant un papier ou un carton, correspondant à sa masse surfacique, c’est-à-dire à sa masse par unité de surface. L’unité est typiquement le gramme par mètre carré (g/m2). Un papier est d’autant plus souple que son grammage est faible, il est d’autant plus robuste que son grammage est élevé. » (source Wikipédia)

1 – Papier impression classique – 70-80g/m2

Papier pour impression classique que vous utilisez pour imprimer vos documents.

Brush Pen : Fonctionne à peu près mais a tendance à beaucoup absorber la couleur, crée des bavures. Le trait est moins net qu’avec d’autres papiers. Aura tendance à abîmer la pointe des feutres pinceaux !

Dégradé : Absorbe trop la couleur et bave à l’endroit où l’on repasse sur la première couleur.

Blending : Ne fonctionne pas du tout. Aucun mélange et grosse tâche.

Plume : Accroche la plume et fait baver l’encre. Laisse transpercer l’encre de l’autre côté.

Avis : *
À éviter absolument, à conserver uniquement pour des brouillons au crayon à papier

2 – Bloc Rhodia – 80g/m2

Bloc de papier de la marque Rhodia (je ne connais pas d’équivalent d’autres marques) existant avec des petits carreaux, des lignes ou des petits points comme ici. Autour de 6-7€ le bloc A4 (existe en d’autres formats).

Brush Pen : Fonctionne bien, bonne glisse et n’absorbe pas l’encre du feutre.

Dégradé : N’apprécie pas trop les couches successives de couleurs.

Blending : Ne fonctionne pas du tout, le mélange ne se fait pas du tout.

Plume : Très bonne glisse, agréable et ne transperce pas.

Avis : ***
Un incontournable pour s’entraîner au brush lettering comme à la plume ! Pratique de l’avoir sous forme de bloc et permet d’avoir directement des repères.
Malgré un grammage très peu élevé, la qualité du papier est très agréable et n’absorbe ni le feutre ni l’encre.
À conserver pour s’entraîner à la technique, ne fonctionne pas pour des créations plus poussées (dégradés…).

3 – Papier pour impression laser – 100g/m2

Papier pour impression laser avec grammage plus important et surface très lisse. J’utilise généralement le papier Clairefontaine DCP 100g/m2 ou le Clairefontaine DCP Laser 160g/m2 qui sont autour de 10€ la ramette.

Brush Pen : Très agréable. Super glisse et aucune « bavure » du feutre.

Dégradé : Fonctionne à peu près, ne peluche pas mais donne une impression de dégradé trop net.

Blending : Ne fonctionne pas du tout, aucun mélange !

Plume : Très agréable ! N’accroche pas la plume et ne transperce pas du tout.

Avis : ***
À utiliser pour les entraînements quand on imprime des feuillets de cours. C’est cette qualité de papier que j’utilise pour mes livrets d’ateliers par exemple. Fonctionne très bien avec une imprimante classique et permet de s’entraîner confortablement.
À conserver pour s’entraîner à la technique, ne fonctionne pas pour des créations plus poussées (dégradés…).

4 – Papier Bristol – 205g/m2

Papier avec grammage moyen, très lisse et blanc. J’utilise généralement le papier Bristol Exacompta que je vous recommande en terme de rapport qualité-prix. Autour de 8€ les 100 format A4 (existe en d’autres formats, blanc ou à petits carreaux).

Brush Pen : Fonctionne bien même si a légèrement tendance à absorber un peu trop la couleur.

Dégradé : Fonctionne relativement bien mais peu « pelucher » si l’on repasse trop souvent au même endroit.

Blending : Ne fonctionne pas très bien, à tendance à onduler et à trop absorber l’eau.

Plume : Glisse parfaite et très bonne absorption de l’encre (ni trop, ni trop peu). Permet de créer des déliés très fins !

Avis : **
À éviter pour le brush lettering car pas optimal. En revanche, c’est mon préféré pour créer un joli rendu à la plume. Que ce soit pour créer des affiches, cartes, marque-places… Quand on n’utilise que la plume et de l’encre, c’est parfait !

5 – Papier dessin – 180g/m2

Papier à dessin blanc avec grammage moyen. J’aime beaucoup les blocs Canson 1554 180g/m2 qui sont autour de 10€ le bloc A4 (j’ai personnellement un bloc A5 que je trouve très pratique).

Brush Pen : Fonctionne bien, bonne absorption sans bavure. Très agréable !

Dégradé : Fonctionne bien également, permet un bon mélange des couleurs et ne « peluche » pas.

Blending : Fonctionne correctement si l’on ne met pas trop d’eau.

Plume : Le grain léger peut un peu gêner la calligraphie mais reste praticable.

Avis : **
Pratique à avoir avec soi sous la forme de bloc à spirales. Convient plutôt pour des techniques sèches (sans eau) et permet de mixer les médiums (plume, brush pens, lettrages…). Attention à bien choisir un papier avec grain léger !

6 – Papier multi-support ou mix-media – 250g/m2

Papier multi-techniques avec grammage épais. J’utilise généralement le papier Paint On Clairefontaine multi-supports autour de 7-8€ le bloc format A4.

Brush Pen : Fonctionne très bien pour le brush lettering, absorbe bien l’encre du feutre sans bavure.

Dégradé : Fonctionne très bien sur les dégradés, permet un bon mélange entre les couleurs

Blending : Fonctionne plutôt bien pour les techniques mouillées comme le blending. Ne gondole pas trop et bon mélange des couleurs.

Plume : Fonctionne bien pour la plume. Risques légers d’accrocher un peu la plume mais reste évitable en faisant attention.

Avis : ***
Un must à avoir car très bon rapport qualité-prix et permet de tester l’ensemble des médiums. Pas le plus optimal pour chacun mais fonctionne pour tous ! Je m’en sers beaucoup pour mes créations en brush lettering, pour mes ateliers…

7 – Papier aquarelle – 300g/m2

Papier aquarelle satinée. Ici j’utilise un bloc Tombow 300g/m2 que je trouve un peu trop jaune… Je ne suis pas du tout une experte en papier aquarelle et ne saurais donc pas vous conseiller précisément une marque. Je pense tester de nouvelles marques prochainement, je vous tiendrais au courant bien sûr !

Brush Pen : Fonctionne mais a tendance à trop absorber la couleur, le papier n’est pas fait pour cette utilisation.

Dégradé : Fonctionne très bien avec un très bon mélange des couleurs.

Blending : Parfait pour le blending avec une très bonne absorption de l’eau et surtout un très beau mélange des couleurs.

Plume : A tendance à accrocher la plume et à trop boire l’encre…

Avis : **
Très utile pour toutes les techniques mouillées (blending ou fond aquarelle) mais ne fonctionne pas très bien pour une utilisation plus simple. Attention, les papiers aquarelles sont généralement assez onéreux (surtout s’ils sont de bonne qualité). À réserver donc pour vos créations mouillées pour ne pas en « dépenser » inutilement !

Le bilan

Un tableau récapitulatif pour vous y retrouver !

J’espère que ce test vous sera utile ! J’essaierai de le compléter au fil de mes prochains essais. Si de votre côté vous avez des questions ou des suggestions de papiers, n’hésitez pas à m’en faire part en commentaires.

> À épingler pour plus tard <

Comments

  • reply
    Stéphanie
    28 janvier 2021

    Merci pour ce test !
    J’ai tellement galéré avec le blending et au final c’est du au papier (testé sur bristol et du vieux papier aquarelle à gros grain).
    Aujourd’hui sur du papier aquarelle tombow ça fonctionne bien mieux !
    Ton comparatif permettra d’aller directement au bon papier !

  • reply
    ludivine gilbert
    13 février 2021

    Bonjour
    merci pour ces tests.
    Amicalement
    Ludivine

Post a Comment